Bannière

À l'échelle du globe, le constat n'est plus surprenant. Le rapport mensuel de la NOAA (Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique) indique que la température moyenne à l'échelle du globe (surfaces terrestres + océaniques) sur la période estivale (juin à août) a été anormalement élevée de + 0,85°C. Le record de 2014 a été battu de 0,11°C ! Août enregistre une anomalie globale de + 0,88°C, + 0,81°C en juillet et + 0,8°C en juin. Depuis janvier 2015, 6 mois sur 8 ont battu des records de chaleur.

En France, le début de l'été a été chaud et sec, avec même deux vagues de chaleur en juillet. S'en est suivi un mois d'août plus frais et plus humide, surtout en seconde quinzaine. Selon Météo-France : "Sur l'ensemble de la saison, la température moyennée sur la France a été 1,5 °C au-dessus de la normale, plaçant l'été 2015 au second rang des étés les plus chauds derrière 2003 (anomalie de +3,2 °C) et devant 2006 (anomalie de +1,1°C)."

Détaillons maintenant la situation à échelle locale, sur le département vendéen.

 

Températures

L'été météorologique a débuté par des températures supérieures aux normes pour le mois de juin. Les minimales moyennes affichent un excédent de 0 à + 1°C sur le département, excepté le quart Nord-Ouest (jusqu'à - 0,5°C). Températures maximales relevées le 30 juin 2015Quant aux maximales, elles affichent 1 voire 1,5°C d'excédent sur tout le département.

On retiendra l'épisode de chaleur du 30 juin qui a provoqué d'importantes coupures d'électricité en fin de journée, certains transformateurs n'ayant pas supporté de telles variations de températures. Il avait fait de 37 à 38°C dans l'intérieur Vendée (carte ci-contre).

En juillet, la chaleur persiste, mais dans une moindre mesure. Les températures minimales affichent 0 à 1°C d'excédent mais les maximales sont en déficit de 1°C entre Les Sables-d'Olonne et La Tranche-sur-Mer. La récurrence des brises marines expliquant cela. Dans l'intérieur, et jusqu'au 20 du mois, les températures ont été excédentaires, avec plusieurs "coups de chaud". La fin de mois a été plus fraîche, timorant l'excédent mensuel.

Août a été plus frais, mais sans excès. Les températures ont retrouvé des niveaux plus proches des normes, légèrement en deçà près des côtes et faiblement supérieures dans les terres. Le retour d'un flux plus océanique n'y est pas pour rien.

Sans surprise, sur les 3 mois, Fontenay-le-Comte détient la palme de la ville la plus chaude alors que l'ambiance était plus tempérée sur l'île d'Yeu (1,67°C d'écart pour les températures moyennes).

Sur le pays, l'été a été chaud voire très chaud sur une large moitié Est, un peu moins en s'approchant des côtes atlantiques (toujours en raison de la présence de brises en journée).

 

Pluviométrie

Le mois de juin a connu un pluviométrie très hétéorogène. Le quart Nord-Ouest du département constate un déficit allant jusqu'à 60 % à Noirmoutier, 55 % sur Yeu et 45 % à Challans. Partout ailleurs, les cumuls ont été conformes aux normales voire supérieurs du côté de Fontenay-le-Comte ou encore Montaigu (+ 30 %).

Juillet a été globalement sec, notamment pour l'Est Vendée où les cumuls ne dépassent pas 20 à 30 mm pour Pouzauges (- 75 %), La Roche-sur-Yon (- 55 %) et Luçon (- 42 %). Le Nord-Ouest s'en sort un peu mieux mais sans plus. La sécheresse de surface s'accentue.

Le mois d'août a connu un revirement de situation, notamment pour la seconde quinzaine. L'excédent atteint 55 à 110 % sur l'ensemble du département. Les communes les plus pluvieuses sont La Mothe-Achard et Pouzauges avec 105 mm (respectivement + 85 % et + 111 %), La Roche-sur-Yon avec 102 mm (+ 121 %) et Palluau avec 98 mm (+ 75 %). La sécheresse de surface s'atténue très nettement. A noter qu'il est tombé 2 à 3 semaines de précipitations entre le mercredi 26 et la nuit du jeudi 27 au vendredi 28 août. Par ailleurs, un coup de vent notable pour la saison a frappé le département le 24 août, avec des bourrasques à plus de 100 km/h.

Sur les 3 mois, c'est à Saint-Pierre-du-Chemin et La Mothe-Achard qu'il a le plus plu (respectivement 208 et 205 mm) alors qu'il n'est tombé "que" 114 mm à Noirmoutier.

À l'échelle française, un grand quart Nord-Est a subit un déficit pluviométrique tandis que l'Ouest a été mieux arrosée, notamment fin août.

 

Ensoleillement

En juin, la durée d'ensoleillement dépasse les 300 heures sur l'ensemble du département, jusqu'à 323 heures aux Sables-d'Olonne. Des records sont battus à La Roche-sur-Yon ainsi qu'aux Sable-d'Olonne. On relève 14 à 16 journées pleinement ensoleillées sur le département.

Le mois de juillet se distingue moins mais les deux premières décades sont très généreusement ensoleillées. Sur le mois, le cumul dépasse 260 heures sur le littoral contre "seulement" 234 heures à La Roche-sur-Yon.

Le soleil d'août est plus fugace. On cumule jusqu'à 240 heures sur la Côte de Lumière contre 225 heures à La Roche-sur-Yon et Fontenay-le-Comte. Le déficit atteint jusqu'à 10 %.

Sur le pays, l'ensoleillement affiche un excédent global de 5 à 15 %.

Archives

Novembre 2017
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3