Nouvel épisode caniculaire à compter du 22 juillet 2019 en Vendée. Soyez vigilants et restez informés.

Bannière

Carte de prévision du géopotentiel Z500 pour le 10/12/2013C'est une situation assez courante en hiver en période anticyclonique, mais qui ne donne que rarement un gradient thermique important en fonction du relief vendéen (gâtine/bocage) : c'est l'inversion de température. En ce début du mois de décembre 2013, la situation est favorable à ce phénomène, avec une apogée le 10 décembre. Nous allons tenter d'éclaircir ce fait météorologique. 

 

Quelle est la situation synoptique observée durant cette période ?

Les hautes pressions prédominent largement l'Europe, accompagnées d'une masse d'air subtropicale qui ne cesse de remonter du Maghreb. Le 10 décembre, à 850hPa (~1600m d'altitude), la température excède les 8°C, et à 975hPa (~450m), il fait un peu plus doux avec 11°C. C'est alors un temps très stable, qui rejète les perturbations très loin à l'Ouest et au Nord.

 

Pourquoi les gelées ont-elles été fréquentes ?

Malgré cette masse d'air douce, si les gelées sont fréquentes au sol c'est qu'en parallèle les nuits sont longues, peu ventées et dégagées ce qui favorise le rayonnement nocturne. La température du sol descend rapidement, et abaisse progressivement celle de l'air : l'air froid est plaqué au sol par les hautes pressions. Dans les points bas, on peut facilement observer de -3 à -5°C en cas de vent nul. Ce phénomène est appelé inversion de températures puisqu'il fait plus froid au sol qu'en altitude, alors que la température devrait décroître habituellement, de l'ordre de 6,5°C par km.

 

Pourquoi a-t-il fait plus doux sur les hauteurs de la Gâtine ?

Contrairement au reste du département vendéen, la Gâtine se situe à une altitude plus élevée, variant de 150 à 300m. De fait, la température est davantage influencée par la masse d'air qui, rapellons-le, est très douce. Aussi, le vent a persisté sur les collines et effectué un brassage permanant, ce qui a empêché la baisse du mercure. D'importantes différences ont pu être observées en quelques kilomètres seulement.

 

Que s'est-il passé dans la nuit du 9 au 10 décembre 2013 ?

Alors que la nuit tombe en soirée du 9, la température décroît progressivement sur l'ensemble du département, et en particulier dans les points bas. Carte des températures minimales le 10 décembre 2013Au fil des heures, l'écart se creuse entre le bas-bocage et la Gâtine. De l'air plus doux est advecté en basses couches, et le mercure grimpe rapidement sur les collines. Au Mont des Alouettes, la température passe de 7 à 10°C entre 22h et 3h du matin, et l'humidité s'abaisse de 60 à 40%. Dans le même temps, à 13km plus à l'Ouest, le mercure s'abaisse à -2,5°C à 22h contre -4°C à 3h du matin, soit une différence de près de 14°C. Finalement, le mercure s'abaisse en fin de nuit sur les collines et l'écart est moindre (carte ci-contre).

En journée du 9, on observe une couche d'air plaquée au sol, distinguée de couleur blanchâtre sur la photo qui suit, prise depuis les hauteurs de la Gâtine. Cette mince couche représente de l'air humide et polluée par des particules fines, qui est plaquée au sol par les hautes pressions sur le bas-bocage. Au dessus, l'air est plus pur et beaucoup plus doux.

La nuit suivante, le mercure grimpe entre 9 et 10°C sur la Gâtine en milieu de nuit, avec une humidité relative qui s'abaisse à 35%.

Une lamelle d'air froid et pollué est plaquée au sol par les hautes pressions.

 

Dossier réalisé par Sébastien VENDE et Valentin PERRAULT.