Épisode caniculaire à compter du 26 juin 2019 en Vendée. Soyez vigilants et restez informés.

Bannière

Rappelez vous ... Rafales de vent maximales - Tempête QuentinUne violente tempête nommée "Klaus" a fait des ravages dans le Sud-Ouest de la France, faisait éclater certains records de vitesse de vent et faisant d'énormes dégâts surtout sur la côte Aquitaine et les Landes. Dans ces régions, le vent a très souvent dépassé les 140 km/h. Comme à Saint Jean de Luz avec 151 km/h, 159 km/h à Narbonne, 172 km/h à Biscarosse, 184 km/h à Perpignan, 191 km/h à Béar et même jusqu'à 216 km/h dans les Pyrénées Orientales au Col d'Envalira.

La Vendée a été relativement peu touchée par cette tempête puisque le vent a rarement dépassé les 100 km/h. Mais une dizaine de jours plus tard, une nouvelle tempête est annoncée ! Celle-ci a été moins forte que celle de 1999. Toutefois, la Vendée a cette fois-ci été le département le plus touché par cette tempête avec la Charente Maritime.

 

La tempête Quentin

Les services Allemands l'ont surnommé Quinten, Quentin en français. Cette tempête est née dans l'océan Atlantique le 8 février en début d'après-midi. Une onde barocline en développement sur l'océan Atlantique, avec une dépression en basses-couches analysée au nord-ouest des Açores vers 40°N. Elle a profité d'une situation barocline marquée à l'avant d'un thalweg plongeant sur l'ouest de l'océan contenant une forte anomalie de tropopause. En conséquence, le tourbillon présent le long de la zone barocline va interagir avec le tourbillon potentiel de l'anomalie d'altitude, créant une perturbation barocline typique malgré le déclin du courant jet. Située en amont du courant jet principal, la perturbation profite de la divergence en « entrée droite », tandis qu'un courant jet secondaire s'est développé au sud du thalweg, créant une advection forte de tourbillon dite de « sortie gauche », donnant au final une situation de jet dédoublé : le forçage divergent en altitude est donc dopé par la « sortie gauche » du jet amont et l' « entrée droite » du jet aval.

 

Suivi des évènements

Météo France a donc placé 62 départements du nord en vigilance orange dont la Vendée qui est en ligne de mire.

  • Les hostilités commencent à partir de 19h30. Le vent se renforce sur l'Ile d'Yeu pour atteindre la barre des 100 km/h. Dans les terres, le temps est beaucoup plus calme puisqu'on ne dépasse pas 50 km/h.Image satellite de la tempête Quentin
  • À 20h15, ça souffle de plus en plus fort sur le département. On enregistre une rafale à 126 km/h à l'Ile d'Yeu et on atteint un peu plus de 70 km/h à La Roche-sur-Yon.
  • Vers 22h, le vent s'emballe dans les terres pour atteindre 115 km/h à La Roche sur Yon (valeur très proche du record de février 1996) contre 133 km/h sur l'île d'Yeu.
  • 0h00, la bascule des vents au Nord-Ouest se produit sur l'Ile d'Yeu et on enregistre une rafale à 141 km/h, qui sera la plus grosse rafale enregistrée sur toute la Vendée. A La Roche-sur-Yon, le vent est toujours de direction Sud-Ouest mais la bascule devrait se faire dans les prochaines heures. Le vent y souffle quand même à 119 km/h. Un nouveau record de vent pour février est battu de 3 km/h.
  • 2h00 du matin, le vent faiblit sur la côte (137 km/h à l'Ile d'Yeu et 133 km/h aux Sables-d'Olonne). Dans les terres, les choses se corsent et la bascule se produit. On enregistre une rafale à 126 km/h à La Roche-sur-Yon, ce qui constitue un nouveau record de vent maximal de février. Autres fortes rafales dans les terres : Fontenay-le-Comte avec 135 km/h, 126 km/h au Perrier ou encore 118 km/h à Noirmoutier-en-l'Ile.
  • A partir de 3h00, le vent faiblit enfin dans les terres comme en mer mais les rafales atteignent encore la barre des 100 km/h avec 111 km/h à La Roche-sur-Yon ou 107 km/h à l'Ile d'Yeu.
  • 4h00, de nouveau 137 km/h à l'Ile d'Yeu mais le vent faiblit encore dans les terres avec 100 km/h à La Roche sur Yon. L'heure suivante, on ne dépasse plus les 100km/h dans les terres comme en mer.

 

Conséquences

Les pompiers de Vendée ont reçu quelques 1 150 appels durant la nuit, et ont réalisé 525 interventions dont environ 420 directement liées à la tempête. Beaucoup de chutes d'arbres et de matériaux sur la voie publique, mais aussi des mises en sécurité de personnes. Notamment dans deux maisons de retraite, l'une à Benet pour une toiture menaçante, l'autre aux Moutiers-les-Mauxfaits en raison d'une panne d'électricité qui menaçait l'assistance respiratoire de deux pensionnaires. Aux Sables-d'Olonne, le chapiteau du Vendée globe, endommagé par le vent en fin de soirée, s'est affaissé sous les rafales durant la nuit. Une seule personne a été blessée semble-t-il par des effets de la tempête : un homme qui veillait sur le site du Vendée globe, aux Sables-d'Olonne, touché légèrement par un élément du chapiteau qui est tombé. Les rafales de vent ont aussi touché le réseau électrique en Vendée. Notamment dans le Sud du département et sur le littoral. Au plus fort de la tempête, vers 2 h 15 du matin, quelques 124 000 clients d'ERDF ont été privés d'électricité.

Carte des rafales maximales relevées en VendéeCarte des rafales maximales relevées en France

 

Dossier réalisé par Valentin PERRAULT